« Je ne suis pas en vacances – je me prépare stratégiquement pour le travail… »

Dans un précédent article, nous avons examiné le lien entre le bien-être et la productivité, en démontrant que d’avoir des collaborateurs heureux n’était pas seulement un objectif en soi, mais que cela était essentiel à la croissance à long terme de l’entreprise. Cependant, nous avons surtout parlé du bonheur au travail, mais quelles sont les conséquences de ne pas être du tout au travail ? 

Retour en juillet 2016 où un intriguant document universitaire a été publié : un projet de recherche conjoint de trois ans entre l’US Travel Association et Project intitulé Time Off (les congés). Le thème général était d’étudier le lien entre surcharge de travail, réussite professionnelle et bien-être en général. L’étude a porté sur 5 641 adultes américains travaillant plus de 35 heures par semaine et bénéficiant de congés payés, et les a interrogés pour savoir comment ils considéraient le temps libre et quel impact cela avait sur certains résultats professionnels ou sur la santé.  

Une fois les données brutes obtenues, Oxford Economics les a mises en rapport avec les données historiques de prises de congés en utilisant les chiffres du « Bureau of Labor Statistics ». Ils ont constaté que les vacances annuelles des américains sont passées de près de 3 semaines (20,3 jours) en 2000 à 16,2 jours en 2015.  

Alors, quel a été l’impact de la perte de presque une semaine de vacances ? 

Ces employés étaient-ils devenus plus productifs, utilisant le temps supplémentaire passé au bureau pour augmenter leur productivité et faire progresser leur carrière ? 

Hum, non. 

L’étude a révélé que les employés qui prenaient moins de 10 jours de vacances par an avaient 34,6 % de chances de recevoir une augmentation ou une prime sur une période de trois ans, tandis que ceux qui prenaient plus de 10 jours de vacances avaient en fait 65,4 % de chances. Donc, en substance, loin de diminuer les opportunités d’avancement de carrières, l’absence du bureau semble plutôt avoir l’effet inverse.

D’autres études ont confirmé certaines des conclusions de l’enquête. Dov Eden, un expert de l’université de Tel Aviv, s’est penché sur la manière dont l’absence d’exigences professionnelles constantes élimine les facteurs de stress qui pèsent sur le système immunitaire de l’organisme. Cela réduit ainsi non seulement la probabilité d’épuisement professionnel, mais aussi l’absentéisme qui est coûteux. S’il peut sembler évident que les vacances présentent des bénéfices logiques – nous nous sentons plus détendus – il existe également un élément physiologique. Notre corps guérit en fait des conséquences physiques du stress. Considérez ceci, à titre d’incitation : la Commission mondiale sur le vieillissement et le Transamerica Center for Retirement Studies ont constaté que les hommes qui ne prenaient pas de vacances annuelles avaient un risque de crise cardiaque supérieur de 30 % et un risque de mort subite supérieur de 20 %. 

Bien que nombre de ces études se soient intéressées à la célèbre culture du travail aux États-Unis, elles ont néanmoins une série d’implications mondiales. Il est intriguant de constater que la réduction des jours de vacances n’est pas une mesure imposée par la direction, mais plus souvent une décision volontaire des employés eux-mêmes. Une enquête réalisée en 2017, également par Project Time : Off, a révélé que 54 % des américains n’ont pas pris tous leurs jours de vacances, contre 42 % en 2013. Et la raison de cette situation ? La peur. Que ce soit la peur de prendre du retard (34%) ou le manque de confiance dans les autres pour faire leur travail (30%), cela se résume essentiellement à la peur d’être remplacé. Un pourcentage massif de 80 % des 5 600 personnes interrogées (dont 1 184 cadres) ont déclaré qu’elles prendraient plus de congés si elles se sentaient pleinement soutenues et encouragées par leurs supérieurs. 

Plus que de simples congés 

Une société de logiciels de Denver (Colorado), Full Contact, a fait le calcul et a offert à ses employés une prime en espèces pour prendre des vacances – pas simplement des congés payés, mais 7500 dollars pour partir en vacances. Comme il s’agit d’un secteur compétitif, l’objectif était de fidéliser les employés et d’attirer de nouveaux talents, mais les effets vont bien au-delà. Des recherches menées par Alertness Solutions ont démontré ce qu’elles appellent « l’effet de répit », selon lequel les performances mesurables peuvent augmenter de 80 % après les vacances. 

Alors, quelle est la conclusion ? Eh bien, si vous êtes un employé qui lit cet article, il est temps d’arrêter de vous sentir coupable de prendre une pause. C’est une partie positive (et essentielle) du processus de travail lui-même. De la même manière qu’il serait ridicule de se sentir coupable de dormir – vous ne pensez peut-être pas que c’est une activité constructive en soi, mais elle est essentielle au maintien des fonctions physiologiques et psychologiques essentielles.

Alors, pendant que vous faites vos valises pour les vacances, rassurez-vous en vous disant qu’en fermant l’ordinateur portable et en réglant votre téléphone sur « ne pas déranger », vous faites un pas en avant dans votre carrière.

Maintenant, profitez de vos vacances !

References:

radek-grzybowski-dunnqe0fcfy-unsplash_1-jpg-2

VOTRE ESPRIT EST EXTRAORDINAIRE - GARDONS-LE COMME TEL

Parfois, nous avons besoin d'une pause mentale active pour rester au sommet des choses. Nous espérons que ce livre de jeux sera une façon amusante de passer une pause bien méritée (et sans culpabilité) au travail, ou pendant vos vacances (également bien méritées). Nous avons rassemblé des mots croisés, des sudokus, des mots mêlés et une grande collection de défis mentaux pour garder votre esprit vif - alors prenez un café et commencez à jouer !

Téléchargez le livre de jeux