L’explosion des connaissances – Du déficit au surplus

Tout au long de l’histoire, la connaissance a été une denrée rare. Autrefois, si vous entendiez dire qu’il y avait des gnomes qui couraient autour de votre maison, vous le croyiez. Si un scientifique disait que le monde était plat, vous deviez le croire. Si un prêtre disait que le virus de la variole était causé par des dieux en colère, vous le croyiez aussi. L’une des raisons de cette situation est que l’accès du grand public à l’information a été limité. Et même si beaucoup ont longtemps recherché la connaissance, elle était extrêmement limitée dans un monde analogue. Les connaissances prenaient du temps à acquérir et étaient limitées par la rapidité des modes de transport auxquels nous avions accès. Jusqu’à très récemment, nous devions nous promener gentiment à la bibliothèque si nous avions besoin de savoir quelque chose. Les médias tels que la télévision, la radio et le journal du matin rationnaient les doses de nouvelles limitées. Et si nous voulions acheter quelque chose, nous devions nous fier aveuglément à ce que disait le représentant qui frappait à la porte ou se tenait dans le magasin.

Le reste, c’est de l’histoire, comme on dit. Le volume de connaissances qu’une personne normale dans les communautés agricoles des années 1800 a reçu pendant toute une vie est équivalent à ce que nous trouvons dans l’édition du dimanche de notre quotidien. Aujourd’hui, nous sommes tous bien conscients que nous avons trop de connaissances plutôt que trop peu. Nous assistons actuellement à une explosion sans précédent des connaissances, que l’écrivain et théoricien des systèmes américain Richard Buckminster Fuller a montré dans ses analyses. En 1982, il a introduit un modèle statistique appelé la courbe de doublement des connaissances de Buckminster Fuller. En utilisant ce modèle, il a démontré que la quantité de connaissances dans le monde doublait de plus en plus vite. Par exemple, historiquement, il a fallu 1 800 ans – entre 100 avant J.-C. et 1700 après J.-C. – pour doubler la quantité de connaissances.1 Ensuite, il n’a fallu que 200 ans, jusqu’au début des années 1900, avant que la quantité de connaissances ne double à nouveau. Entre 1900 et 1950, la quantité a de nouveau doublé, puis un nouveau doublement a eu lieu entre 1950 et 1960. Après la mort de Fuller, IBM a complété cette courbe de développement en prédisant qu’en 2020, nous doublerons la quantité de connaissances qui nous entourent toutes les 12 heures. 2

il y a eu 5 Exabytes d’informations créées entre l’aube de la civilisation et 2003, mais cette quantité d’informations est maintenant créée tous les 2 jours.

Eric Schmidt, ancien PDG de Google

L’explosion des connaissances se produit partout autour de nous, mais elle n’est pas facile à voir et est difficile à suivre. La quantité de connaissances s’accroît dix fois plus vite que la croissance de tout autre produit sur la planète. La mondialisation et la croissance démographique sont deux grands moteurs de cette évolution. Mais c’est surtout l’internet qui se trouve derrière ce développement.

L’accent accru mis sur l’éducation et la connaissance est un autre facteur. Selon la Banque mondiale, il y a 18 millions de scientifiques aujourd’hui et le nombre d’articles scientifiques publiés chaque année augmente régulièrement depuis plus de 50 ans. Le nombre d’étudiants en doctorat dans le monde a doublé tous les 15 ans et 90 % de tous les chercheurs qui ont déjà vécu sont vivants aujourd’hui. 3 Pour un chercheur établi, cela signifie que presque tous les articles scientifiques ont été écrits au cours de sa vie. C’est donc un défi et une exigence de produire non seulement de nouvelles connaissances mais aussi de se tenir constamment à jour et au courant dans son domaine de recherche pour rester dans le coup. Aujourd’hui, la plupart des chercheurs consacrent entre 25 et 50 % de leur temps à se tenir au courant de ce qui se passe dans leur domaine. Une conséquence de cette évolution est que plus nous disposons de connaissances, plus ces connaissances sont rapidement dépassées.

Cela soulève également une question centrale pour nos sociétés, organisations et individus : comment pouvons-nous naviguer parmi toutes ces informations ? Surtout si on les compare à l’évolution humaine. Les calculs indiquent que la technologie numérique s’est développée sept millions de fois plus vite que la gestion de l’information par le cerveau humain. Il devient difficile pour nous, les humains, de suivre ce rythme de développement. Notre cerveau a le même volume et la même anatomie que l’homme de Cro-Magnon, il y a 40 000 ans. Le QI moyen de l’homme a certainement augmenté au cours des siècles, mais les dernières statistiques impliquent que ce développement s’est arrêté, voire inversé. 4

Les chercheurs appellent cela « l’effet Flynn », du nom du politologue néo-zélandais James Flynn qui a découvert que les résultats des tests de renseignement sur une longue période augmentent chaque année. 5 L’augmentation moyenne du QI a été d’environ trois à sept points de QI par décennie, mais elle a récemment commencé à s’aplanir en Occident. Quelle que soit l’augmentation ou la diminution du QI humain, la différence est beaucoup plus importante, et les humains deviennent relativement moins bien informés chaque jour car, dans la pratique, il est impossible de rester à jour. C’est le paradoxe de la connaissance : avec l’accès à l’information, nous devrions en théorie mieux comprendre le monde, mais le résultat est exactement le contraire. Plus il y a de connaissances, moins nous en savons en termes relatifs.

Une des conséquences de cette explosion des connaissances est que nous avons de plus en plus de mal à créer une vue d’ensemble de tout ce qui est produit. Mais il y a une conclusion importante à tirer dans ce contexte. Avant que l’explosion des connaissances ne prenne son envol, il y avait un grand déséquilibre des pouvoirs. L’accès à ces mêmes connaissances, principalement via Internet, a permis d’égaliser ce déséquilibre. Les autorités précédentes, telles que les médecins, les enseignants, les politiciens, les consultants et surtout les représentants commerciaux, perdent progressivement leur avantage en matière de connaissances. En quelques clics rapides, un patient, un étudiant, un citoyen ou un client peut aujourd’hui remettre en question ce qui est dit. Dans la société actuelle, il est donc beaucoup plus difficile d’être un porteur de connaissance unique qu’il y a quelques années. Mais cela signifie-t-il que les médecins, les enseignants et les représentants commerciaux ont perdu leur raison d’être ? Non, ce n’est pas si simple.

Pour les personnes créatives, cela ouvre de nouvelles possibilités d’aider les gens à naviguer dans un flot rapide de nouvelles et d’alternatives, et donc de créer de la valeur – ce qui est peut-être particulièrement important pour les représentants des ventes. Même si un client est aujourd’hui armé d’un accès au savoir collectif du monde entier, la sélection est trop vaste. Plus il a accès à plus d’informations, plus il est difficile de prendre une décision. Dans de nombreux cas, cela conduit à l’insécurité, à des processus de décision plus difficiles et, dans de nombreux cas, à des « non-décisions ». Dans l’économie comportementale, on appelle généralement cela le « statu quo », qui est une forme de parti pris où nous choisissons de conserver ce que nous avons déjà en ne faisant rien, un comportement qui se renforce lorsque les informations deviennent trop complexes ou qu’il y a trop d’alternatives. Pour un représentant ou une organisation de vente, l’une des plus grandes questions devrait donc être de savoir comment aider le client à faire le tri dans toutes ces connaissances et contribuer ainsi à créer une décision d’achat plus sûre.

Un article écrit par Henrik Larsson-Broman


Références :

Buckminster Fuller, R. & Kuromiya, K. (1982). Critical Path. New York: St Martins Griffin.

Learning solutions (2017, 10 October). Marc My Words: The Coming Knowledge Tsunami. Downloaded 2018-10-22 from https://learningsolutionsmag.com/articles/2468/marc-my-words-the-coming-knowledge-tsunami

Future of Life Institute (2015, 5 November). 90 percent Of All The Scientists That Ever Lived Are Alive Today. [blog post]. Downloaded 2018-10- 22 https://futureoflife.org/2015/11/05/90-of-all-the-scientists-that-ever-lived-are-alive-today

Höjer, H. (2017, 27 December). Intelligensen sjunker i Skandinavien. [blog post]. Downloaded 2018-10-22 from https://fof.se/artikel/iq-sjunker-i-de-skandinaviska-landerna

Flynn, J.R. (1984). The mean IQ of Americans: Massive gains 1932 to 1978. Psychological Bulletin 95, 29–51.