Parole à Sébastien Riehl – Bâtiment Ep. 4

On a jusqu’ici beaucoup abordé la question des réseaux sociaux comme outil de communication, quid du e-commerce dans tout ça ? Quelle place pour lui aujourd’hui dans le secteur du Bâtiment ?

On constate en effet dans le secteur du Bâtiment, et de l’industrie qui lui est liée, la mise en avant par les entreprises de la prise de commande en ligne. Certaines entreprises du secteur accordent notamment des points de BFA en fonction du degré d’utilisation de la plateforme de commandes en ligne par leurs clients. Pourquoi ? Parce que ça génère un gain de temps évident, il y a moins d’erreurs car tout est quasiment fait de manière automatique, alors qu’auparavant ça nécessitait une visite ou la lecture d’un fax qui peut donner lieu à une erreur de lecture ou un erreur de ressaisie de l’information. On voit aussi un changement culturel assez important, même si on sent encore certaines réticences notamment de la part des artisans à l’utilisation du e-commerce. Parce qu’encore une fois ce n’était pas dans leur culture, dans leurs habitudes, que l’on n’est pas sur des métiers où il y avait ce besoin d’un contact permanent avec l’ATC ou l’artisan directement. Tout cela est remis aujourd’hui en perspective, surtout pour des questions d’optimisation de coûts, car tout cet aspect automatisation du process de commande, via un extranet à destination des clients par exemple, permet justement de satisfaire ces objectifs d’optimisation de coûts. En contrepartie certains partenaires peuvent même aider les artisans ou installateurs partenaires à communiquer, en créant pour eux leur page web. Pour faire un parallèle avec le secteur de la Santé, c’est que font par exemple des groupements comme Lafayette, en fournissant à leurs pharmaciens adhérents un site web clé en main.

Mercuri International accompagne d’ailleurs sur ce sujet les fonctions supports ADV dans l’éducation de leurs clients à passer leurs achats récurrents sur le web, via les plateformes e-commerce mises en place par l’entreprise à cet effet. Cela permet ainsi de sauver du temps pour faire évoluer ces ressources humaines commerciales sur des missions proactives de vente au téléphone.

En fait de façon très concrète, les artisans par exemple sont amenés à se dire « Ok, aujourd’hui il faut que je sois sur Facebook ou LinkedIn ou que j’ai mon site web avec pourquoi pas une partie e-commerce » donc ils vont se créer une page ou site mais sans forcément mettre à jour, sans « nourrir » ces lieux digitaux de contact, parce que ce n’est pas leur métier, et donc avec un impact in fine qui va être relativement limité car organiser et mettre en œuvre une communication efficace relève de compétences métiers particulières, ça ne s’improvise pas ! Et c’est là que le relai peut être pris par un partenaire qui va se charger, par le biais de moyens dédiés, de dynamiser la communication de l’artisan ou travailler le référencement de son site e-commerce. Demain, épilogue de cette interview feuilleton ! Rendez-vous sur cette page pour découvrir le dernier épisode de l’interview de Sébastien. A demain !

DÉCOUVREZ LES AUTRES ÉPISODES !

Parole à Sébastien Riehl – Bâtiment Ep. 1

En savoir plus

Parole à Sébastien Riehl – Bâtiment Ep. 2

En savoir plus

Parole à Sébastien Riehl – Bâtiment Ep. 3

En savoir plus

Parole à Sébastien Riehl – Bâtiment Ep. 5

En savoir plus