L’essor de l’Happynomie (Bien-être au travail) – L’une des 10 principales tendances qui façonnent l’avenir des ventes ?

The Sales Conference 2021 approche à grands pas et nous sommes impatients d’accueillir les invités, en personne et en ligne, à l’Avicii Arena de Stockholm le 18 novembre. La conférence coïncide également avec la publication de notre nouveau rapport, « The Future State of Sales », qui explore les 10 tendances les plus critiques pour l’entreprise qui façonnent l’avenir des ventes.
Dans cet article, nous allons explorer l’une des conclusions du rapport, à savoir la montée en puissance de l’ « Happynomics », comprenez le bien être au travail.

Bien qu’il ait cédé la première place à la Finlande ces dernières années, le Danemark a toujours figuré en tête de l’indice de bonheur mondial [1], obtenant des scores élevés pour une série de marqueurs tels que le produit intérieur brut par habitant, le soutien social, l’espérance de vie, la liberté de faire ses propres choix de vie, la générosité de la population, et la perception des niveaux de corruption interne et externe.

Comme pour le « hygge« , le concept danois de « bien-être », les Danois ont même un terme spécifique pour le bonheur au travail, « arbedjsglæde« , qui existe lorsque les conditions suivantes sont réunies :

  • Aimer faire les tâches qui nous sont confiées
  • Se sentir bien avec les personnes avec lesquelles on travaille
  • Être satisfait des avantages financiers de l’emploi
  • Avoir la possibilité de se former et d’améliorer nos compétences existantes
  • Se sentir respecté et reconnu au travail

L’objectif de cet article n’est pas de se concentrer spécifiquement sur le modèle danois, mais de l’utiliser comme tremplin pour poser la question suivante : « pourquoi les employés heureux sont-ils devenus une stratégie commerciale centrale pour de nombreuses entreprises » ?

Eh bien, la réponse se trouve dans les études sur le bonheur et la productivité au travail. Une décennie de recherches prouve que le bonheur améliore presque tous les résultats commerciaux et éducatifs : augmentation des ventes de 37 %, de la productivité de 43 %, des bénéfices de 33 %, de l’innovation de 300 %, diminution de 125 % de l’épuisement professionnel, ainsi qu’une myriade d’améliorations de la santé et de la qualité de vie.

Une étude récemment publiée sur les vendeurs de British Telecom – l’un des plus grands employeurs privés du Royaume-Uni – a également révélé qu’il existe une corrélation claire entre le bonheur et les performances en matière de vente. Non seulement les employés heureux travaillaient plus vite, passant plus d’appels par heure, mais ils réalisaient également des ventes supérieures de 13 % à celles de leurs collègues malheureux (Figure 1). Il est important de noter que cette augmentation des ventes n’est pas liée à l’augmentation du nombre d’heures de travail ; ces employés heureux sont simplement plus performants dans le même laps de temps.

Figure 1. Corrélation entre le bonheur et les performances de vente (Bellet, C, De Neve J-E, Ward, G 2019)

Alors, comment faire pour garder heureux ses employés ? Eh bien, nous ne pouvons pas affecter la météo et pour ceux qui vivent dans les pays nordiques, le fait d’avoir de longs hivers sombres est une réalité inévitable. Alors pourquoi est-ce si important ? Eh bien, 79 % des managers américains déclarent être convaincus que le mal-être de leur personnel est susceptible de nuire à la productivité [2].

Une partie de ce mécontentement peut être liée à la nature changeante de nos communications. Alors que la dernière décennie avait déjà vu un passage aux réunions virtuelles, la pandémie a – pour des raisons évidentes – radicalement accéléré ce changement, avec des effets secondaires imprévus.

Le récent rapport de la Harvard Business Review (HBR) note que la durée des appels vocaux et vidéo a doublé depuis le début de la pandémie. De même, le trafic hebdomadaire de messages instantanés a augmenté de 65 %. En outre, une enquête récente a révélé que 89 % des personnes interrogées n’aiment pas les tâches telles que le traitement des e-mails ou la gestion des messages entrants sur Slack ou Teams. Un pourcentage troublant de 66 % des participants a même envisagé de quitter son emploi à cause de ces problèmes.

Notre rapport « Future State of Sales » confirme ces résultats, puisque 56 % des cadres ont répondu que la « Happynomie » (ou plus précisément la promotion du bien-être des collaborateurs) était une tendance essentielle pour rester compétitif à l’avenir.

Nous explorerons toutes les conclusions du rapport et les 10 tendances les plus critiques qui façonnent l’avenir des ventes – le 18 novembre – et nous serions ravis de vous y voir !

Henrik Larsson-Broman

Chercheur, Auteur, Trendspotter et Futurologue


[1] https://worldpopulationreview.com/country-rankings/happiest-countries-in-the-world

[2] HBR Analytical Services (2020) ‘Cultivating workforce well-being to drive business value’

Page mise à jour : Novembre 2021